Les applications préventives et thérapeutiques de la méthode GDS

Chaque individu est unique et il est primordial d’effectuer une approche individualisée pour pouvoir prévenir ou soigner une maladie. Ainsi, les praticiens peuvent opter pour deux approches selon la situation. D’une part, il est possible d’utiliser une approche corporelle et d’autre part, d’utiliser une approche psycho comportementale. Comment la méthode GDS est-elle alors appliquée pour prévenir ou soigner une maladie ?

La méthode GDS utilisée pour le traitement

La méthode GDS peut être appliquée pour le traitement de divers maux. En effet, elle constitue un traitement efficace dans les troubles liés à la colonne vertébrale tels que la cyphose, la scoliose et la lordose. Elle peut aussi être utilisée pour traiter les affections des membres inférieurs telles que les troubles du pied et du genou ainsi que les coxarthroses. De même, elle permet de traiter les troubles des membres supérieurs comme la périarthrite scapulo-humérale, les tendinites du coude ou le syndrome du canal carpien. Les fractures et les entorses peuvent également être guéries par la méthode GDS. Elle est souvent utilisée en cas d’affections rhumatismales notamment les lombalgies, les cervicalgies, les arthroses et bien d’autres encore. Les praticiens l’utilisent aussi pour l’accompagnement périnatal et l’accompagnement du développement de l’enfant et de l’adolescent qui présentent des problèmes corporels ou comportementaux.

La méthode GDS utilisée pour la prévention

Afin de prévenir une maladie, la méthode de chaines musculaires gds offre l’avantage de permettre de mieux gérer les douleurs pouvant être rencontrées au quotidien. En effet, elle permet de prévenir les affections liées aux gestes et postures qui pourraient entrainer une usure prématurée des articulations. Elle permet aussi d’éviter les tensions musculaires liées au stress et aux activités professionnelles. Ainsi, elle est efficace pour entretenir et éviter les récidives des dysfonctionnements possibles que ce soit chez le  bébé, l’adolescent ou l’adulte.

Leave a Comment