Les traitements les plus courants sur un chantier de maintenance station d’épuration

La maintenance station d’épuration permet de séparer les déchets de toutes les dimensions des eaux sales y compris les sables ayant une dimension de plus de 200 microns. Cette opération permet d’enlever jusqu’à 80 % des graisses ainsi que 40% des matières flottantes et polluantes. Comment fonctionne la maintenance station d’épuration ? Comme dans toutes autres interventions de grosses envergures, la maintenance de station d’épuration nécessite plusieurs étapes de prétraitement. Le dégrillage est l’un des prétraitements les plus utiles pour traiter l’eau. Il consiste à faire passer les eaux sales au travers différentes grilles. Le but de cette opération est de retenir les déchets de grosses dimensions pour ensuite les enlever. Il peut s’agir de cotons-tiges, de matière en plastique de toutes les sortes, d’une branche de bois ou encore de morceaux de vieux papiers bons pour la poubelle. Les déchets seront par la suite récupérés pour être évacués avec les tonnes d’ordures ménagères. Il y a également ce que l’on appelle déshuilage. C’est un procédé qui permet de faire passer les eaux inutilisables dans un bassin à l’intérieur de laquelle les graisses flottantes seront récupérées. Pour optimiser la flottaison des graisses, on se sert d’une injection de microbulles d’air. Le dessablage est tout sauf un terme nouveau dans la maintenance de station d’épuration. On se sert du même bassin pour faire tomber les sables ainsi que les graviers d’une certaine dimension. Ces éléments seront par la suite envoyés à la décharge. Le traitement primaire Le traitement primaire dans un chantier de maintenance station d’épuration permet de faire décanter diverses matières solides ou homogènes en suspension dans l’eau. Quant aux fines particules, elles seront déposées au fond d’un bassin. À la fin, la masse de matière va former des boues. À l’issue de l’intervention, la plupart des matières en suspension seront enlevées.

Leave a Comment